Rémunération des patrons, un peu de morale quand même !

Publié le par Romain MARIA

Depuis quelques jours, les scandales se multiplient en ce qui concerne les rémunérations des patrons. En ces temps de crise, c’est profondément choquant.

Chaque jour qui passe je suis de plus en plus scandalisé face aux comportements inadmissibles et irresponsables de certains patrons. Certains, car tous ne doivent pas être mis dans le même pot. En effet, je fais la différence entre un patron entrepreneur qui se défonce pour sauver son entreprise, petite ou grande, qui accepte de diminuer son salaire, ou qui fait comme il se doit son travail ; Et ceux qui profitent de la crise pour partir avec des parachutes dorés, des stock-options à rallonge ou des rémunérations indécentes.

Alors oui, de grandes responsabilités autorisent de hautes rémunérations, et cessons la démagogie ; Mais lorsqu’on commet des erreurs, il doit y avoir des responsables.

C’est pourquoi il faut tout remettre sur la table. « Le code éthique » du Medef est inefficace et inutile. Il faut passer par la loi.

Je propose :
Stock-options
  Que tous Stock-options soient interdits lorsqu’une entreprise fait des pertes, licencie ou bénéficie d’aides publiques. L’argent des contribuables ne sert pas pour que les dirigeants s’en mettent plein les poches.
  Par ailleurs, il faut encadrer cette pratique en autorisant les plans de stock-options qu’à la condition d’un plan visant l’ensemble du personnel et non pas quelques hauts dirigeants. Les salariés participent à la création de richesses de l’entreprise, il est normal qu’ils en bénéficient tout autant que les autres.
  Il faut soumettre les stock-options à la contribution sociale en relevant la fiscalité. La cour des comptes avait estimé que cette mesure ferait rentrer près de 3 milliards d’euros à la sécurité sociale.
  Enfin, je préconise qu’il soit impossible de lever les stock-options pendant quatre ans et que les deux années qui suivent soient aux de fiscalité maximal. De sorte que, les dirigeants sortiront du seul aspect de  la gestion à court terme basé uniquement sur le court de l’action.

Parachutes dorés
  La suppression pure et simple des parachutes dorés

Rémunération
Afin de garder les meilleurs patrons, un salaire attractif est souhaitable, mais il doit respecter l’éthique et la moral.

  Chaque haut dirigeant doit pouvoir bénéficier d’une rémunération fixe conséquente, en rapport avec l’état de l’entreprise. Cette part fixe ne pourra qu’augmenter dans les mêmes proportions que l’augmentation moyenne des salariés.
  Une part variable doit s’ajouter en fonction des résultats de l’entreprise : Stock-options, actions, bonus… la aussi sous certaine limites.
  Enfin, une prime d’engagement pourrait être créée. Cette prime, fixée en début de mandat, serait conditionnée à des engagements de longs termes pris et tenus. Elle remplacerait les fameux « parachutes dorés » pour récompenser les patrons qui ont réussi leurs missions.

Il ne faut pas rentrer dans la démagogie. Il est normal que les patrons reçoivent beaucoup d’argent. Ce qui est important, c’est que les pratiques immorales cessent et que des règles très concrètes s’établissent. Après avoir négocié et concerter avec les partenaires sociaux, il faudra agir vite.
Ce n’est qu’à ces conditions que les français pourront retrouver confiance dans le patronat.


Et vous, quel est votre avis sur ces propositions ?
Laissez vos commentaires
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

alexandre 26/03/2009 09:25

Bon article Romain, tout à fait d'accord avec toi